Dans l'temps 25 novembre 2020

La Buick Limited 1958, c'est comme rouler sur un nuage

Écrit par

Il était une fois deux amis, Guy et Jacques. Lorsqu'ils se sont connus, Guy avait deux ans et Jacques, quatre. Enfants, ils ont joué avec des petites voitures. Leur intérêt pour l'automobile ne s'est jamais atténué et maintenant, pour utiliser leur expression, ils «jouent avec des grosses».

Leurs jouets, comme on peut l'imaginer, ont seulement un an de différence. Guy B. de la Bruère, de Boucherville, conduit une Oldsmobile 1957 Golden Rocket 88 décapotable. Jacques Chicoine, de Saint-Bruno, a arrêté son choix sur une immense Buick 1958 Limited deux portes hard-top. Guy raconte sans hésiter que son grand-père a possédé des Oldsmobile 1949 et 1955. Son père a perpétué la tradition avec des Oldsmobile 1953, 1956, 1960, 1966, etc.

Les Chicoine, de leur côté, sont fidèles à la marque Buick. À une époque, l'automobile imitait la politique, alors qu'on était «bleu» ou «rouge» de père en fils. Les amateurs d'une marque défendaient leur écusson avec autant d'ardeur que les partisans d'un parti politique. Tous deux rappellent en riant que pendant leur enfance, jouer dans la terre avec leurs autos était plus important que les filles. « Nos blondes nous regardaient», raconte Guy.

Revenons à la Buick de Jacques Chicoine.

C'est le modèle haut de gamme et Buick n'a produit que 1026 Limited deux portes hard-top. Avec un prix de base de 5002 $, elle n'était pas destinée à tout le monde. En comparaison, l'Oldsmobile de son ami valait 2895 $ avant les options. L'arrière de la Limited est différent de celui des autres Buick et la compagnie s'est montrée particulièrement généreuse lorsque est venu le temps d'appliquer les chromes.

Jacques mentionne qu'elle a passé six ans à côté d'un hangar. Il l'a achetée en 1990 et a terminé la restauration en 1994. « Son propriétaire voulait toujours la restaurer. Il exploitait un commerce et n'avait pas le temps. Je l'ai relancé pendant neuf mois avant qu'il consente finalement à me la vendre», précise-t-il. Jacques a effectué une importante partie du travail lui-même et a confié le reste à des professionnels.

Cette voiture de 4691 lb (2125 kg) est propulsée par un moteur V8 de 364 po3 (5966 cc), d'une puissance de 300 chevaux. Lorsqu'on s'informe de son comportement routier, M. Chicoine répond: «C'est très doux. C'est un charme. C'est comme rouler sur un nuage.» L'histoire de l'Oldsmobile de son ami Guy est publiée plus loin dans la section réservée à cette marque.

Évaluer cet article
(0 votes)